Cette sombre et tragique Sonate en La mineur, composée en 1778 à Paris, est volontiers associée à la mort de la mère de Mozart (3 juillet 1778). Bien entendu, cela n’est pas à exclure, mais il n’existe toutefois aucun indice concret sur ce point. Qu’une tonalité mineure ait été choisie pour la mise en œuvre d’une douloureuse expérience personnelle, ce type d’interprétation demeure en définitive trop réducteur. L’art de Mozart est bien trop riche et complexe pour se laisser enfermer dans une approche biographiquement unidimensionnelle. La seule source qui fasse autorité pour l’édition «Urtext» de cette sonate très appréciée et souvent jouée est l’autographe de Mozart (en partie difficile à déchiffrer) car la première édition parue vers 1781 (avec K. 309 et 311) est parsemée d’erreurs.

Pour plus d'information