Composée en mai 1825, la sonate pour piano en la mineur de Schubert est l’une de ses rares œuvres à avoir été imprimées de son vivant. Les quatre mouvements sont d’expressions très différentes – ton proche d’une ballade dans le premier, chantant dans le deuxième, agité dans le troisième et passionné dans le dernier – et constituent pourtant une œuvre cohérente.