Chopin n’a laissé que peu d’œuvres adoptant la forme reine du classicisme, la forme sonate. La Sonate pour piano op. 58 compte parmi les plus significatives. Plus conventionnelle sur le plan de la forme que la Sonate en si bémol mineur, qui lui est antérieure, elle n’en est pas moins pleine de poésie romantique, de trouvailles mélodiques irrésistibles et de virtuosité étincelante. La révision de l’actuelle édition urtext publiée par Henle fait appel à un corpus de sources élargi: à un autre exemplaire d’élève, qui renferme des corrections révélatrices de l’enseignement de Chopin, s’ajoute un tirage tardif de la première édition française, d’une importance particulière car il englobe des corrections faites par le compositeur. De la sorte, la Sonate en si mineur est maintenant disponible avec un texte musical amélioré et des commentaires détaillés.