Les trois sonates pour piano op. 2 sont les premières œuvres de ce genre que Beethoven ait composées et dotées d’un numéro d’opus, les offrant ainsi au monde musical comme des compositions particulièrement précieuses. Elles virent le jour au cours des premières années viennoises de Beethoven et l’établirent – de même que ses Trios avec piano op. 1 – comme l’un des compositeurs les plus importants de son temps. Chacune de ces sonates est un petit chef d’œuvre, qui rivalise en matière d’exécution et de bravoure. Au centre de la Sonate en La majeur figure le célèbre et profond Largo appassionato dont le traitement en staccato de la basse évoque des pincés de contrebasse – tout à l’opposé de l’alerte rondo final dont le thème est introduit à chaque reprise par des arabesques de plus en plus ciselées. Les doigtés de Murray Perahia validés par des décennies de pratique musicale offrent un nouvel accès à ce monument de la littérature pour piano.