Beethoven semble avoir dit à Artaria, son éditeur: «Voilà une sonate qui va donner de l’ouvrage aux pianistes!». Ses exigences musicales et techniques élevées, les dimensions gigantesques de l’œuvre esquissée en 1817 et achevée fin 1818 ou début 1819 – elle compte presque 1200 mesures – firent qu’elle fut longtemps considérée comme injouable et passe aujourd’hui encore pour un grand défi aux yeux des pianistes de concert. Elle doit son surnom au titre allemand de l’édition originale: «Grande sonate pour le piano à marteaux» (Hammerklavier). En effet, il semble que Beethoven avait souhaité dès 1817 germaniser le terme italien de pianoforte dans les éditions de ses sonates pour piano.