La Sonate pour piano n° 7 en Ré majeur de Beethoven est la troisième et la plus importante de son opus 10 paru en 1798. Cette sonate, l’une des plus monumentales des années de jeunesse, se distingue par une très grande variété d’atmosphères et une imbrication très élaborée d’éléments motiviques. Le célèbre Largo et mesto, lugubre, plaintif, tragique même par la profondeur des sentiments qui l’imprègnent, en constitue le cœur. Il est encadré par un mouvement liminaire énergique, et un menuet primesautier. Un finale alerte et enjoué, qui rappelle les digressions pleines d’humour d’un Haydn, tient lieu de conclusion. Murray Perahia consacre à ce chef-d’œuvre une introduction très approfondie. Une contribution supplémentaire de l’atelier Gertsch-Perahia à la nouvelle édition intégrale des sonates pour piano de Beethoven, avec comme toujours les doigtés du pianiste-culte.