Sur une période de huit ans seulement, ce sont en tout 20 sonates pour piano qui furent composées par Beethoven entre 1794 et 1802, dont sa sonate dite «Grande Sonate Pathétique» op. 13. Elle mène le style classique à son accomplissement, tandis qu’en même temps son expression fortement romantique manifeste déjà l’entrée de Beethoven dans sa phase héroïque. Composée dans la tonalité «tragique» d’ut mineur, elle anticipe le caractère d’expression dramatique de chefs-d’œuvre plus tardifs comme la 5e Symphonie ou l’Ouverture de Coriolan. Parmi les sonates les plus célèbres, celle-ci est la plus aisée à maîtriser techniquement, ce qui explique la popularité extrême dont elle bénéficie auprès des apprentis pianistes avancés. La nouvelle édition urtext des Éditions G. Henle repose sur le travail sur Beethoven, mené en commun par Norbert Gertsch et Murray Perahia, et couronné de succès. Comme d’habitude les doigtés et les conseils d’interprétation donnés par le grand pianiste accompagnent cette édition.