Des trois sonates pour violon de Grieg, c’est la Grande sonate en ut mineur op. 45 qui est aujourd’hui la plus connue. À tort, car les deux premières sonates enchantent par leur plaisir du jeu et leur ton de fraîcheur juvénile. De plus, leurs exigences techniques moins élevées les rendent déjà accessibles à des élèves avancés. Composée en 1867, la Sonate pour violon en Sol majeur op. 13 est à l’évidence imprégnée de l’intérêt enthousiaste porté par Grieg à la musique populaire norvégienne dont les premier et dernier mouvements, vifs, prennent la traditionnelle «Springtanz» («danse sautée») pour modèle. Cette édition urtext prend appui non seulement sur la deuxième édition imprimée de 1887, revue par Grieg lui-même, mais également sur le manuscrit autographe de Stockholm, ce qui permet d’offrir un texte musical très fiable.