Les deux Sonates op. 5 ont été conçues en 1796 à l’occasion d’un concert du jeune Beethoven aux côtés du violoncelliste virtuose Jean-Louis Duport, à la cour de Berlin. Le fait qu’il n’ait pas été relégué à l’arrière-plan par ce dernier témoigne de la qualité et de la brillance de la partie de piano avec lesquelles le jeune pianiste Beethoven sut se présenter sous son meilleur jour. S’ouvrant par une lente introduction, l’Allegro de la Sonate en Fa majeur séduit par sa richesse mélodique. Le Rondo qui lui succède réunit l’esprit badin de la musique à la joie du jeu, ce qui rend cette sonate aujourd’hui encore très populaire. L’édition Urtext de Jens Dufner se fonde sur ses travaux réalisés pour l’appareil critique de l’Édition intégrale des œuvres de Beethoven, et offre ainsi un texte musical d’un haut niveau scientifique. Dans la préface comme dans le commentaire critique, il expose la conception et la question des sources de cette sonate. Ian Fountain et David Geringas fournissent les doigtés.