Outre le Quatuor avec piano op. 13 et la Sonate pour violon op. 18, la Sonate pour violoncelle op. 6 fait partie des œuvres de musique de chambre les plus accomplies parmi l’œuvre de jeunesse de Strauss. Les influences de Mendelssohn, Schumann et Brahms se font sentir, mais laissent cependant assez de place à un langage sonore bien spécifique comportant souvent de surprenantes tournures rythmiques et mélodiques. La première version établie au printemps 1881 fut soumise par Strauss à une révision en profondeur au cours de l’hiver 1882/83: le mouvement initial fut fondamentalement retravaillé et les deux mouvements suivants furent intégralement composés à neuf.
Cela en valait apparemment la peine, car, après la première exécution à Dresde, le compositeur écrivit à sa mère: «Ma Sonate a extraordinairement plu, elle a obtenu des applaudissements colossaux, j’ai été félicité de toute part.»