Comme de nombreux violonistes virtuoses du XIXe siècle, Pablo de Sarasate écrivit aussi lui-même une série de morceaux pour violon et piano (ou orchestre) pour ses propres concerts. Ce sont souvent des pièces de salon extrêmement virtuoses teintées de musiques folkloriques de tous les coins d’Europe. Les huit Danses espagnoles, publiées entre 1878 et 1882 en quatre cahiers, dont le caractère alterne entre fougue passionnée et langueur expressive, comptent sans aucun doute parmi ses plus grands succès. Sarasate y mêle avec maestria des mélodies folkloriques espagnoles avec des arrangements de compositions populaires de l’époque. Comme pour l’édition Urtext des Airs bohémiens (HN 573), c’est le magicien du violon Ingolf Turban qui s’est chargé des doigtés et des coups d’archet.