Cette pièce de musique de chambre, composée en 1907-1908, marque une rupture non seulement dans l’œuvre de Schönberg, mais aussi plus largement dans l’histoire moderne de la musique. Le système tonal majeur/mineur qui s’imposait depuis des siècles est, au fil des quatre mouvements, abandonné de manière toujours plus sensible au profit d’une atonalité libre. Cette rupture avec la tradition musico-historique va de pair avec un autre coup porté aux conventions: Schönberg introduit dans les deux derniers mouvements une voix de soprano pour mettre en musique deux poèmes de Stefan George. Avec la transition vers l’atonalité, Schönberg ouvre la voie à un nouveau langage musical, qui aboutira peu de temps après au dodécaphonisme. Pas de doute: son Second quatuor à cordes a marqué le cours de l’histoire de la musique. La nouvelle édition Henle a été réalisée par Ullrich Scheideler, spécialiste de Schönberg, sur la base des recherches les plus récentes. La partition Urtext Henle présente ce «classique de la modernité» dans une nouvelle gravure, très généreusement mise en page.