«Puissance, plénitude, musique d’une beauté raphaélique! Et comme tout y est fait, dans la simplicité, avec un art merveilleux.» C’est ainsi que Theodor Billroth s’enthousiasmait sur le premier Quintette à cordes op. 88 de son ami Johannes Brahms. Rien d’étonnant à ce que l’œuvre de musique de chambre, couchée sur le papier au printemps 1882, et, comme il était d’usage testée et amendée jusqu’à l’automne lors de diverses exécutions en avant-première, conquit rapidement le cœur des auditeurs et des musiciens. Brahms s’inscrit ici totalement dans la tradition des quintettes de Mozart, dont il adopte la formation: deux violons, deux altos et un violoncelle. Avec les parties séparées aménagées pour la pratique et l’édition d’étude qui les accompagne, Henle propose pour la première fois un Urtext de ce joyau du répertoire pour quintette à cordes, tiré de l’édition intégrale des œuvres de Brahms.