L’imposante personnalité musicale de Georg Friedrich Haendel n’apparaît pas seulement dans les grandes formes telles que l’opéra, l’oratorio ou la suite d’orchestre, mais aussi dans ses compositions pour clavier. Au cœur de ces dernières, les «Huit suites» de son premier recueil imprimé paru en 1720. Il ne s’agit pas de suites de danses standardisées, bien au contraire. En effet, elles sont constituées principalement de mouvements de construction libre d’une grande valeur artistique s’intercalant souverainement entre des mouvements de danse plus légers. Les suites de Haendel témoignent chacune d’une individualité affirmée et mériteraient d’être entendues plus souvent dans nos salles de concerts. Pour cette édition urtext, nous avons pu bénéficier de la précieuse collaboration du spécialiste de Haendel Anthony Hicks.