Début février 1794, Haydn se rendit à Londres pour son deuxième séjour en Angleterre. Trois mouvements de la Symphonie en Ré majeur Hob. I:101 étaient, à ce moment-là, déjà terminés, et l’œuvre fut complétée puis exécutée le 3 mars. Les auditeurs de cette première exécution furent déjà frappés du mouvement pendulaire de la figure d’accompagnement du deuxième mouvement, qui fut d’ailleurs même mentionné dans une critique: «Le traitement de l’accompagnement de l’Andante, dans sa parfaite simplicité est en même temps un coup de maître.» La régularité de ce pendule éveilla de toute évidence l’imagination des auditeurs, au point qu’à la fin du XIXe siècle, le surnom de Die Uhr («L’Horloge») fut couramment employé. Et même si cette appellation n’a rien à voir avec Haydn lui-même - pouvons-nous aujourd’hui encore entendre ce célèbre deuxième mouvement sans faire cette association? Tous ceux qui souhaitent mieux connaître cette symphonie auront à cœur de se procurer cette édition d’étude bon marché - accompagnée de textes fiables consacrés à la naissance de l’œuvre, à ses sources et à l’édition elle-même, et comportant le texte musical irréprochable de l’Édition intégrale des œuvres de Haydn.