La Symphonie n° 88 en Sol majeur a vraisemblablement été composée par Haydn en 1787, un an seulement après les six Symphonies dites «parisiennes». Ensemble avec son œuvre jumelle, la Symphonie en Fa majeur n° 89, elle fut écrite à l’intention du violoniste Johann Tost, qui la vendit à l’éditeur parisien Sieber. Dans les deux œuvres, Haydn fait de nouveau appel aux conquêtes compositionnelles ayant assuré le succès des symphonies parisiennes: maîtrise de la technique de composition, richesse des idées musicales et du détail, et utilisation individuelle très colorée du registre des vents (qui, du reste, ne comporte toujours pas de clarinettes). La Symphonie en Sol majeur se caractérise par son inflexion joyeuse, presque effrontée – avant tout, dans le thème du finale en Rondo, qui possède toutes les qualités nécessaires pour en faire un air obsédant. La partition d’étude reprend le texte musical de l’édition intégrale des œuvres de Haydn offrant ainsi les garanties de la plus haute qualité scientifique. Un avant-propos substantiel et un bref apparat critique font de cette partition maniable un compagnon idéal pour tous les amateurs de Haydn et de ceux qui veulent le devenir.