Lorsqu’il composa sa première symphonie, Brahms était encore largement influencé par l’œuvre de Beethoven. Mais ce n’était plus le cas pour la deuxième qui s’en démarque très nettement. Le principe de traitement des motifs ne se cantonne plus uniquement au développement, mais s’étend à tout le premier mouvement. Dans les mouvements suivants tout semble d’ailleurs aussi être apparenté. La création de cette symphonie dans la salle du Musikverein de Vienne fut pour Brahms l’un des plus grands triomphes de son existence, qu’il décrivit avec enthousiaste: «L’orchestre ici a répété et joué avec passion et m’a félicité, comme cela ne m’est encore jamais arrivé.» Grâce à cette partition d’étude, les chefs d’orchestre, étudiants et passionnés de Brahms pourront apprécier la partition tirée de l’édition complète des œuvres de Brahms (également parue chez G. Henle) en version urtext, dans un petit format facile à manier. Dans la préface, l’éditeur et spécialiste de Brahms Robert Pascall apporte des informations intéressantes sur la genèse et l’histoire de l’édition de cette œuvre.