Prise en tenaille entre les célèbres Symphonies n° 7 et n° 9, la relativement courte 8e Symphonie a, aujourd’hui encore, un statut particulier. Déjà après sa création en février 1814, un critique signala qu’elle n’avait déclenché «keine Furore», aucune fureur. Du premier coup d’œil, elle retourne à des formes et à des genres déjà dépassés, allant même jusqu’à réintroduire, après un Allegretto scherzoso, à nouveau un Menuet (et non un mouvement lent) en troisième place. Mais Beethoven se mesure intensément à l’histoire de la musique, brise les comportements et les modèles traditionnels et parvient à de nouvelles solutions surprenantes, qui font de la Huitième un jalon essentiel dans l’histoire de la symphonie. Basée sur le texte musical de l’édition complète des œuvres de Beethoven et accompagnée d’une nouvelle préface, cette toute récente édition fait état du stade actuel de la recherche beethovénienne. Avec cette édition d’étude, ce texte est maintenant accessible à tous à peu de frais et dans un format maniable.