L’éditeur Jacques Durand, qui avait publié quelques années auparavant le célèbre Trio de Ravel, suggère en 1922 à Fauré d’écrire un trio, qui sera son avant-dernière partition. Le compositeur ne dépasse tout d’abord pas le stade de quelques esquisses et réfléchit un temps à mettre une clarinette à la place du violon. Ce n’est que durant son séjour estival à Annecy-le-Vieux en Savoie qu’il réussit à composer l’Andantino, mouvement central élégiaque d’une ampleur inhabituelle. Suivent les premier et troisième mouvements qu’il écrit durant l’hiver suivant, à Paris. L’édition Urtext de ce morceau de maturité aux contours et aux lignes claires, qui offre un bel équilibre entre le piano et les instruments à cordes, représente un ajout de poids dans le catalogue de musique française de G. Henle Verlag.