Les œuvres tardives de musique de chambre de Johannes Brahms comptent à coup sûr parmi les pages les plus merveilleuses jamais écrites pour la clarinette. Si Brahms, dans les dernières années de sa vie, semble avoir éprouvé une certaine lassitude de la composition, sa rencontre en 1891 avec Richard Mühlfeld, clarinettiste solo de la chapelle de la cour de Meinigen, qui l’enthousiasma par la beauté sonore de son jeu, lui inspira de nouvelles compositions. Le Trio op. 114, avec ses accents d’une mélancolie tout automnale est apprécié de tous les clarinettistes et est désormais disponible chez Henle dans une édition révisée. Le manuscrit autographe de l’opus 114 est conservé à Munich, patrie de la maison d’édition Henle. Le texte musical repose sur la nouvelle édition intégrale des œuvres de Brahms et répond ainsi au plus niveau de précision et d’exactitude scientifique. Le pianiste Klaus Schilde a doté cette édition Urtext de précieux doigtés.