En 1849, Schumann fit cadeau d’œuvres de musique de chambre à trois instruments à vent: la clarinette avec les «Trois pièces de fantaisie» op. 73, le cor avec l’«Adagio et Allegro» op. 70 ainsi que le hautbois avec les fameuses «Trois romances» op. 94 présentées ici. La première romance adopte le ton plaisant d’une ballade en la mineur. La deuxième, en la majeur, s’apparente à une romance sans paroles. Avec ses motifs d’appel et ses arpèges au piano, le finale évoque les poèmes alors très en vogue du nord de l’Europe. Composées en décembre 1849, ces romances furent offertes par Schumann à sa femme Clara en guise de cadeau de Noël. Ce manuscrit n’est pas parvenu à la postérité, mais nous avons pu nous appuyer sur des esquisses manuscrites pour la préparation de l’édition urtext. Celle-ci corrige quelques erreurs de la première édition de 1851. Préface et remarques de l’éditeur donnent de plus amples informations quant aux sources et aux questions relatives à la partition.