Il n’y a rien de surprenant à ce que Chopin ait dédié chacune des trois valses op. 64, composées en 1847, à une baronne ou à une comtesse. En effet, les représentantes de la noblesse constituaient le public idéal pour cette musique, aussi bien en tant qu’hôtesses d’évènements musicaux qu’en tant qu’interprètes. Dédiée à son élève pianiste la baronne Charlotte de Rothschild, la valse en do dièse mineur a rapidement dépassé de telles limites sociales. Avec son tempo lent et ses motifs de soupirs, elle appartient aujourd’hui au cœur du répertoire de piano et constitue peut-être l’une des mélodies les plus populaires de Chopin.