Brahms commença sa carrière comme pianiste avant de s’adonner à la composition. Sa contribution au répertoire pour piano du 19e siècle est importante pour deux raisons. En effet, d’une part, se situant dans la lignée de Schubert et Schumann, il cultiva la petite forme lyrique et d’autre part, à la suite de Beethoven, apporta à nouveau au répertoire du piano de grandes formes comme la sonate et la série de variations. Ses deux cycles de variations op. 21 parus en 1862 sont très exigeants pour l’interprète. Dans la première série de variations sur un thème chantant en Ré majeur, ce dernier est modifié selon des techniques de figuration et de contrepoint particulièrement développées. Les «Variations sur un chant hongrois» constituent pour un pianiste avancé un véritable défi en raison de leurs particularités métriques et de leur caractère virtuose. Nous avons été heureux de pouvoir nous adjoindre la collaboration de la musicologue canadienne Margit L. McCorkle en tant qu’éditrice. Elle est également l’auteur, avec son mari, du catalogue thématique et bibliographique des œuvres de Brahms.