Outre ses 18 sonates pour piano, Mozart a laissé un nombre de cycles de variations quasiment aussi important, soit 15. À cette époque, les variations sur des thèmes populaires ou personnels constituaient en quelque sorte des articles de mode. Mozart apporta lui aussi sa contribution à ce genre, les considérations financières n’y étant sans doute pas étrangères – en effet, ce genre d’articles se vendait facilement. Ainsi, contrairement à ses sonates pour piano, les variations de Mozart ont-elles toutes été éditées de son vivant.
Le fait qu’elles aient été des articles de mode n’enlève toutefois rien à leur qualité, en particu-lier dans le cas de Mozart. Pleines de richesse d’invention, de plaisir du jeu et d’élégance, elles ne doivent pas être sous-estimées. Il suffit de se laisser aller au plaisir que procurent ces œuvres merveilleuses.