Quelque trois ans après la parution du deuxième volume de ses «Années de Pèlerinage» (Italie), Liszt ajoute encore une annexe à ce recueil: le tryptique «Venezia e Napoli». À cette fin il reprend deux des quatre morceaux déjà composés en 1840 à la suite d’un voyage en Italie et les groupe pour une adaptation du chant de gondelier «Nessun maggior dolore» de l’opéra «Otello» de Rossini. En particulier la «Tarantella» endiablée qui clôt les deux pièces plutôt vocales «Gondoliera» et «Canzone» ne peut plus être exclue du répertoire pour piano. La publication de ce supplément complète la série des oeuvres rattachées aux «Années de Pèlerinage», publiées en édition Urtext Henle.