La Sonate pour violon en ré mineur op. 108, terminée en 1888 après plusieurs années de travail, est la dernière contribution de Brahms à ce genre musical. Contrairement aux deux Sonates en Sol majeur et en La majeur, de caractère chantant et joyeux, cette troisième Sonate pour violon et piano se présente comme étant la seule composée dans une tonalité mineure, de dimensions importantes avec ses quatre mouvements, et fortement chargée de tension dramatique. Cette œuvre exigeante, tant sur le plan technique que musicalement parlant, est couronnée par un Finale emporté, dont les contemporains de Brahms, déjà, admiraient le «caractère tempétueux». Une bonne raison, pour les Éditions G. Henle, de proposer cette sonate également en édition séparée.
Le texte musical de cette édition Urtext révisée repose sur le volume de la Nouvelle édition complète des œuvres de Brahms, qui en garantit la plus haute exactitude scientifique. Les doigtés précieux et mûrement réfléchis sont l’œuvre du célèbre duo de musique de chambre Frank Peter Zimmermann et Martin Helmchen.