Les deux Sonates op. 102 composées en 1815 se tiennent à la frontière du style tardif de Beethoven, aux sonorités souvent austères. Un critique de l’édition originale déclara en 1818 qu’elles «font très certainement partie des choses les plus étranges et les plus bizarres qui aient été écrites depuis longtemps.» À partir du schéma classique établi, Beethoven explore ici les possibilités de transformation et d’élargissement de la forme sonate, qui font de l’opus 102 l’accomplissement final de ses œuvres pour violoncelle. Dans cette Sonate en Ut majeur, l’articulation formelle elle-même est inhabituelle: deux mouvements rapides, dont chacun est précédé par de brèves introductions dans un tempo lent – une structure formelle originale, restée singulière. L’édition Urtext de Jens Dufner se fonde sur ses travaux réalisés pour l’appareil critique de l’Édition intégrale des œuvres de Beethoven, et offre ainsi un texte musical d’un haut niveau scientifique. Dans la préface comme dans le commentaire critique, il expose la conception et la question des sources de cette sonate. Ian Fountain et David Geringas fournissent les doigtés.