L'éditeur

Qu’entend-on par «Urtext»?

Les musiciens font confiance à nos éditions Urtext bleues. À juste titre, car nos partitions offrent:

  • un texte musical correct, fiable et non trafiqué
  • un graphisme impeccable et d'une grande beauté
  • une courte préface introduisant l’œuvre en allemand, anglais et français ainsi que des notes de bas de page dans la partition lors de passages particulièrement intéressants
  • un «appareil critique» en allemand et en anglais (souvent aussi en français) comportant une description complète des sources et leur évaluation, un catalogue de variantes et une documentation sur les corrections effectuées
  • des aménagements optimaux facilitant l'exécution (tournes de page, doigtés) dans toutes les éditions imprimées ; une mise en page à créer soi-même dans la «Henle Library App» numérique
  • une fabrication durable et une finition de premier ordre (couverture, qualité du papier, reliure)

 

Les éditions G. Henle sont depuis leur fondation étroitement associées au terme de Urtext qui, depuis son apparition vers 1900, a fait couler beaucoup d’encre. Nous résumons ci-dessous les aspects principaux de cette notion.

 

Son idée maîtresse est simple et fondée: il s'agit de proposer au musicien un texte musical restituant le plus fidèlement possible les intentions du compositeur. Non falsifié, donc sans modifications de texte de la part de l’éditeur ou la maison d’édition.
Cela semble aller de soi. Cependant, et même encore au XXe siècle, les grands interprètes de leur époque étaient convaincus que les partitions - avant tout les œuvres du XVIIIe siècle – nous étaient parvenues sous une forme incomplète ou erronée, notamment en ce qui concerne les indications d'exécution. Du coup, ils se mirent à les corriger, compléter et lisser comme bon leur semblait ou en se référant à des témoins auditifs ou oculaires. Pour ce faire, ils ne se servaient en règle générale même pas des sources originales, mais arrangeaient la plupart du temps n'importe quelle édition imprimée, laquelle différait probablement déjà de l'original. Ainsi, le texte musical se transformait considérablement, jusqu'à devenir parfois méconnaissable.

 

Pour parvenir à une édition Urtext digne de ce nom, l'éditeur philologue doit tout d'abord déblayer l'œuvre de toutes ces couches falsifiées, un peu à la manière d'un restaurateur redonnant à une peinture transformée au cours des siècles sa forme première. Pour ce faire, il examine les sources de façon critique afin de déterminer si, et en quelle mesure, un document parvenu jusqu'à nous (p. ex. un autographe ou un imprimé) est autorisé ou non par le compositeur. C’est bien naturellement la partition écrite à la main par le compositeur – l’autographe – qui est la source de premier ordre. Bien souvent ce manuscrit original du compositeur fait défaut. Quand il existe, il convient de contrôler si les sources ultérieures (p. ex. l'édition originale) sont également, et jusqu'à quel point, autorisées par le compositeur, car les auteurs «corrigent» volontiers. «Urtext» ne doit ainsi pas être confondu avec le manuscrit du compositeur, ce que pensent hélas (le terme Urtext lui-même n'est pas étranger à cette confusion) encore beaucoup de musiciens.

 

Dès qu'on est certain d'avoir séparé le bon grain de l'ivraie, commence la deuxième étape, non moins laborieuse, du travail de l'éditeur: l'examen du texte musical. Il s'agit désormais, maintenant que l'on est remonté à l'origine de la tradition, de questionner scrupuleusement les sources (= les témoins autorisés par l’auteur) – note après note, signe après signe. Rien qu'à cause de la complexité de l'écriture musicale, l’expérience montre que les sources ne reproduisent pas le texte à l’identique ou sans contradictions. C'est l'éditeur qui doit trancher dans ces cas-là: quelle est la source restituant tel passage «correctement» (selon les volontés ultimes du compositeur), qu'est-ce qui est «faux»? Souvent, on ne parvient pas à une explication incontestable. Dans tous les cas, la force d'une bonne édition Urtext réside dans la documentation de la décision prise (imprimée), sous la forme de remarques dans la préface ou dans l'appareil critique annexé, voire par le biais de notes de bas de page ou de signes apposés dans la partition. Il n'est dès lors pas étonnant qu'un éditeur doive posséder tout un savoir, s'armer de patience et investir du temps avant de parvenir au résultat final. Chacune de nos éditions Urtext est publiée par des experts qui travaillent en étroite collaboration avec notre département éditorial.

 

Cependant une édition Urtext de chez Henle se doit d'aller au-delà du texte justifié musicologiquement mais avant tout servir de manière optimale les exigences de la pratique musicale. C'est pourquoi il nous semble important de proposer, à côté d'une gravure musicale très belle, bien lisible et tenant également compte, dans la mesure du possible, des meilleures tournes de pages, également des propositions de doigtés ou de coups d'archet. Toutes deux doivent servir de base et de stimulation à l'exécutant. De brillants pédagogues et artistes mettent à cet effet leurs compétences et leur expérience à disposition de nos éditions Urtext. Toutes nos éditions de duo pour cordes sont fournies avec deux sortes de voix séparées, l’une avec et l’autre sans annotations. L’œuvre intégrale pour clavier de Johann Sebastian Bach, ainsi que les sonates pour piano de Beethoven et de Mozart sont aussi proposées dans des éditions séparées sans doigtés. Enfin, dans la «Henle Library App» numérique, il est possible de mettre / supprimer des doigtés ou des coups d’archet en un seul clic. Dans cette application, nous proposons gratuitement de nombreuses œuvres avec des doigtés et coups d’archet supplémentaires de la main de légendes musicales ou de virtuoses célèbres vivants.