Rechercher la boutique:

  • Compositeur
  • Instrumentation
  • Niveau de difficulté
  • Produits
Rechercher la boutique

CONTENU/DÉTAILS

Degré de difficulté (Explanation)
Autres titres du même degré de difficulté
Sonate pour piano Sol majeur op. 31,1
8 difficile

PRÉFACE

L’éditeur et compositeur zurichois Hans Georg Nägeli (1773–1836) a mené à bien au début du XIXe siècle deux ambitieux projets de publications de compositions pour piano. Outre une série nommée Musikalische Kunstwerke im strengen Style (Compositions dans le style du contrepoint strict), qui s’ouvrit en 1801 avec le Clavier bien tempéré Volume I de Bach, il commença dès 1803... more

CONCERNANT LE COMPOSITEUR

poursuivre...

Ludwig van Beethoven

Aucun autre compositeur que Beethoven n’a exercé une influence aussi profonde et durable sur les générations suivantes et ce jusqu’à nos jours. Sa musique instrumentale, en particulier ses symphonies, ont servi de modèle aux œuvres symphoniques du XIXe siècle. tout entier. L’extraordinaire exigence de sa musique et sa relative indépendance en tant qu’artiste libre ont fait de lui, de manière emblématique, le plus grand compositeur de tous les temps.

1770Baptisé le 17 décembre 1770 à Bonn, donc vraisemblablement né le 16 décembre, fils de Johann van Beethoven, ténor à la chapelle du Prince-électeur. Premières leçons de musique auprès du père.
1778Première audition publique.
Vers 1780Études musicales auprès de Christian Gottlob Neefe, vice-organiste de la Cour, qui le présente en 1783 dans le «Magazin der Musik» de Cramer comme un second Mozart.
1782Rencontre de la famille Breuning, où s’éveille son intérêt pour la littérature. Première publication : Variations pour piano en Ut mineur sur une marche de Dressler WoO 63.
1783Claveciniste à la chapelle de la Cour; 1784 assistant de l’organiste de la Cour.
1787Voyage à Vienne. C’est là qu’il rencontre très vraisemblablement Mozart qui lui donne probablement quelques leçons. Peu de temps après il doit retourner chez sa mère atteinte de tuberculose.
1792Retour à Vienne où il demeure jusqu’à la fin de sa vie. Le comte von Waldstein l’accompagne avec ce mot célèbre: «Par une incessante assiduité recevez l’esprit de Mozart des mains de Haydn». À Vienne il se forme auprès de Haydn, Albrechtsberger, Schuppanzigh et Salieri. En tant qu’élève de Joseph Haydn il trouve une extraordinaire reconnaissance auprès de la noblesse viennoise qui le soutient. Les maisons d’édition sont avides de ses compositions: musique de chambre et sonates composées à Bonn et au cours des premières années viennoises sont publiées. Ses premières œuvres parues à Vienne (parmi lesquelles les Sonates pour piano op. 2) portent déjà la marque caractéristique de son style, à savoir cet élan impétueux et cet esprit de système.
1796Tournée de concerts à Prague, Berlin, Leipzig et Dresde qui consolide sa renommée.
1798Sonate pour piano en Ut mineur «Pathétique» op. 13.
1798–1800Quatuors à cordes op. 18.
1799/18001re Symphonie en Ut majeur op. 21.
1795–18001er Concerto pour piano en Ut majeur op. 15.
1800–01Sonates pour piano op. 27 «quasi una fantasia» parmi lesquelles la Sonate au Clair de lune op. 27/2.
1801Composition de la 2e Symphonie en Ré majeur op. 36 (jusqu’en 1802). Publication du 2e Concerto pour piano en Si bémol majeur op. 19.
1801/02Crise provoquée par un début de troubles de l’audition et documentée par le «Testament de Heiligenstadt». Il décide après cela d’ouvrir, selon ses propres déclarations, une «nouvelle voie» dont témoignent tout particulièrement les Sonates pour piano op. 31 (parmi lesquelles la «Tempête»), les Variations pour piano op. 34 et 35 et la 3e Symphonie en Mi bémol majeur «Eroica» op. 55: elles se caractérisent par un esprit de système encore plus élaboré, mais aussi par le recours à des techniques baroques et à des modèles empruntés à d’autres genres.
1803–10/12Intense activité; c’est la période dite «héroïque» de Beethoven. Composition de six symphonies, de la 3e à la 8e (op. 55, 60, 67, 68, 92, 93), des 3e, 4e et 5e Concertos pour piano (op. 37, 58, 73), du Concerto pour violon en Ré majeur op. 61, du Triple concerto op. 56, des quatuors à cordes (Quatuors Razumowsky op. 59, Quatuor «Les Harpes» en Mi bémol majeur op. 74, Quatuor à cordes en Fa mineur «Serioso» op. 95), des trios avec piano (en autres le «Trio des Esprits»), des sonates pour piano (dont la Sonate Waldstein en Ut majeur op. 53, l’Appassionata en Fa mineur op. 57 et «Les Adieux» en Mi bémol majeur op. 81a), des mélodies (parmi lesquelles «An die Hoffnung» op. 32), de la Messe en Ut majeur (op. 86) et de l’opéra «Fidelio» (op. 72, 1re version 1804/05).
1808/09Beethoven refuse le poste de premier maître de chapelle à la cour de Cassel étant donné que ses mécènes, l’Archiduc Rodolphe, le prince Kinsky et le prince Lobkowitz lui offrent un revenu annuel équivalent.
1811/12Cures thermales à Teplitz où il rencontre Goethe. 1812 lettre à l’«immortelle Bien-aimée» dont l’identité (Antonie Brentano ou Josephine Deym) demeure encore incertaine.
1814Sonate pour piano en Mi mineur op. 90, 3e version de l’opéra «Fidelio». Concert au succès extraordinaire avec les 7e et 8e Symphonies. Crise financière néanmoins, due à la dévaluation et à l’absence du salaire annuel de Kinsky et Lobkowitz.
1815Mort du frère Caspar Carl et début de longues années de conflits au sujet de la tutelle de son neveu Karl.
1816Cycle de mélodies «À la bien-aimée lointaine» op. 98, Sonate pour piano en La majeur op. 101.
1817–18Sonate «Hammerklavier» en Si bémol majeur op. 106.
1818En raison d’une surdité croissante Beethoven commence à tenir des carnets de conversation.
1819–23Missa solemnis op. 123.
1819/23Variations Diabelli op. 120.
1820Sonate pour piano en Mi majeur op. 109 qui inaugure l’œuvre tardive et transfigurée qui se caractérise par un éclatement des formes, des oppositions de registres extrêmes, un langage harmonique exacerbé et une tendance renforcée en faveur des formes contrapuntiques comme la fugue; la monumentalité de la 9e Symphonie s’oppose au penchant pour l‘ésotérisme qui s’affirme dans la musique de chambre.
1821/22Sonates pour piano en La bémol majeur op. 110 (mouvement final en forme de fugue) et en Ut mineur op. 111 (réduite à deux mouvements).
1822–26Quatuors à cordes op. 127, 130, 131, 132, 135 et Grande Fugue op. 133 qui constituait initialement le mouvement final de l’op. 130.
1823/24Achèvement de la 9e Symphonie en Ré mineur op. 125 qui, pour la première fois dans l’histoire du genre, inclut des parties vocales («Ode à la Joie» de Schiller). Elle devient la symphonie la plus célèbre et la plus souvent jouée.
1827Décès le 26 mars à Vienne.

© 2003, 2010 Philipp Reclam jun. GmbH & Co. KG, Stuttgart

About the Authors

Murray Perahia (Editeur, Doigtés)

poursuivre...

Norbert Gertsch (Editeur)

Dr. Norbert Gertsch, born in 1967 in Rheinkamp/Moers, studied piano solo at the Mozarteum in Salzburg and read musicology and philosophy at the Paris Lodron University in Salzburg and the Ruperto Carola University Heidelberg on a scholarship from the “Studienstiftung des Deutschen Volkes”. In 1996 he wrote his doctoral thesis on Ludwig van Beethoven’s Missa solemnis (as part of the New Complete Edition) under Ludwig Finscher.

In the following year, he began to work at G. Henle Publishers, initially as an editor for electronic publishing. After working on a two-year project (1999–2000) sponsored by the German Research Foundation (DFG) preparing a new Beethoven Catalogue of Works, he became a scholarly editor at G. Henle Publishers. In 2003 he became Editor-in-Chief, in 2009 Deputy Managing Director and Head of Publishing. As of 1 January 2024, the Executive Board of the Günter Henle Foundation has appointed Dr. Norbert Gertsch, as the new managing director, succeeding Dr. Wolf-Dieter Seiffert.

Gertsch has published many Urtext editions for G. Henle Publishers, including volumes for a new edition of Beethoven’s Piano Sonatas together with Murray Perahia.

Twenty years ago, in an article comparing all the available Beethoven piano sonata editions, I judged that the winner of the competition was Henle’s Wallner. Since then, little has surfaced in the way of sources and, barring the sudden appearance of autographs for the early sonatas (or the much-lamented ‘Hammerklavier’ autograph), new editions will be assessed more on judgement than discovery. Seen from this angle, Henle’s new Beethoven edition, though still in its infancy, gives every indication of giving players and scholars a great deal to learn from.

Nineteenth Century, 2006

Es fascinate leer en el prólogo de esta edición crítica de la Sonata Opus 31,1, de Beethoven, la historia de las erratas de esta obra. Lo que sin duda desesperó a Beethoven hasta la furia es hoy una auténtica novela que desenredan cuidadosamente (hasta donde es posible) los editores, Norbert Gertsch y Murray Perahia.

Doce Notas, 2005

De uitgave is een pronkstuk geworden: een uitgebreid en vemakelijk historisch voorwoord, een grondig kritisch commentaar en vingerzettingen van Murray Perahia.

Pianowereld, 2005

Perahia’s edition also differs from the old Henle version because it prints both dashes and staccato dots and the layout is more spacious and user-friendly. With so many sources to choose from, editorial decision-making will always provoke controversy, but Perahia and co-editor Norbert Gertsch’s introductory notes present clear explanations behind their editorial choices … Strongly recommended.

International Piano, 2005