Rechercher la boutique:

  • Compositeur
  • Instrumentation
  • Niveau de difficulté
  • Produits
Rechercher la boutique

CONTENU/DÉTAILS

Degré de difficulté (Explanation)
Autres titres du même degré de difficulté
Variations pour piano (Sonate) fa mineur Hob. XVII:6
7 difficile

CONCERNANT LE COMPOSITEUR

poursuivre...

Joseph Haydn

Son œuvre immense documente le changement fondamental dans l’histoire de la musique qui s’opère au cours de la seconde moitié du XVIIIe s. et qui conduit à l’émancipation de la musique instrumentale. Les genres où il s’est principalement illustré sont la symphonie et le quatuor à cordes dans lesquels il a développé le procédé de l’élaboration des motifs et des thèmes; il est l’auteur d’importantes contributions pour le concert instrumental et la musique pour piano; ses grands oratorios virent le jour au cours des dernières années de sa vie. L’opéra et le lied sont plutôt sous-représentés.

1732Il est probablement né le 31 mars à Rohrau (baptisé le 1er avril).
1737ou 1738 Son oncle Johann Mathias Franck le prend chez lui pour diriger sa formation musicale.
vers 1739/40Enfant de chœur à la cathédrale Saint-Étienne de Vienne durant environ 8 à 10 ans.
à partir de 1750Il gagne sa vie en tant que musicien, enseignant et compositeur.
1757–61Engagé en tant que directeur de la musique chez le comte Morzin. Il se fait un nom en tant que compositeur: 15 symphonies, sonates pour piano, trios, divertimentos, à trios cordes, partitas pour vents, quatuors à cordes op. 1 et 2.
1761Symphonies «des Heures du jour» n° 6-8: «Le matin», «Le midi», «Le soir».
à partir de 1761Engagé à la cour d’Esterházy sous le prince Paul Anton, à partir de 1762 sous le prince Nicolas, 1790-96 sous Paul Anton II, puis sous Nicolas II, tout d’abord vice-maître de chapelle, puis maître de chapelle en titre à partir de 1766.
1764–65Symphonies n° 22 en Mi bémol majeur «Le Philosophe», n° 30 en Ut majeur («Alleluia»), n° 31 en Ré majeur («Sonnerie de cor»).
1766Le prince Nicolas Esterházy commande des opéras pour le théâtre du nouveau château. Haydn compose essentiellement ses opéras pour des circonstances particulières, p. ex. «La Canterina» en 1766 pour la visite de l’Empereur. Il compose à plusieurs reprises des pièces pour baryton pour le prince Nicolas.
1766–7418 symphonies, parmi lesquelles «La passione» en Fa mineur (1768), «Lamentazione» en Ré mineur (1770), «Le Maître d’école» en Mi bémol majeur (1774), la «Symphonie funèbre» en Mi mineur (1772): un spectre expressif élargi (6 sont en mineur), davantage de contrepoint.
1768Création de «Lo speziale» sur un livret de Goldoni pour l’inauguration du nouveau théâtre lyrique à Eszterháza.
1770Création du dramma giocoso «Le pescatrici» (Les Pêcheuses). Après une interruption de dix ans, il écrit les novateurs «6 Divertimenti» pour quatuor à cordes op. 9 et op. 17 (1771).
1771Sonate pour piano n° 20 en Ut mineur.
1772Symphonie «des Adieux» n° 45 en Fa dièse mineur; «6 Divertimenti» (quatuors «du soleil») op. 20, marqués par l’écriture contrapuntique (parfois derniers mouvements en forme de fugues).
1775Création de l’opéra «L’incontro improvviso» (La rencontre imprévue).
vers 1775–78«Missa brevis sancti Joannis de Deo (“petite messe pour orgue”)».
1776Le prince Nicolas commande régulièrement des opéras à Eszterháza. Haydn arrange les œuvres importées de Vienne ou d’Italie pour les mettre au goût local. Il quitte Eisenstadt pour s’installer au château d’Eszterháza où la cour séjourne durant 10 mois par an. Peu de musique instrumentale après 1776, souvent avec intégration de musique d’opéra.
1777Création de «Il mondo della luna» d’après Goldoni.
1779Contact avec l’éditeur Artaria qui assure la diffusion de ses œuvres au cours de la décennie suivante.
1781Exécution de l’opéra «La Fedeltà premiata» (La Fidélité récompensée). Messe «de Mariazell»; Quatuors à cordes op. 33 («Quatuors russes») qui, après une assez longue interruption dans la composition de quatuor, sont écrits «dans une manière toute nouvelle et particulière» (Haydn). Ils passent pour emblématiques de l’«humour» haydnien dans la mise en œuvre ludique des ressources.
1782Création de «Orlando paladino». Il commence aussi à vendre ses compositions à l’étranger: il fait imprimer à Paris les symphonies n° 76-78 et 79-81 (1783-84).
1783Concerto pour violoncelle en Ré majeur (Hob. VIIb:2).
1784Création d’«Armide»; puis il ne compose plus d’opéras pour la cour. Concerto pour piano en Ré majeur.
1785–86Commande du comte d’Ogny de 6 symphonies (Symphonies parisiennes n° 82-87) destinées au Concert de la Loge Olympique à Paris.
1787–90Quatuors à cordes op. 50, 54 et 55. Après la mort du prince Nicolas, le prince Paul Anton II congédie l’ensemble de la chapelle de la cour. Haydn conserve officiellement son poste.
1791Composition de l’opéra «L’anima del filosofo ossia Orfeo ed Eurudice» qui ne fut jamais exécuté (représentation posthume à Florence en 1951).
1791–92Séjour à Londres, engagé par l’organisateur de concerts Johann Peter Salomon. «6 Quartetti» op. 64; le premier recueil d’arrangements de mélodies écossaises paraît en 1792. Composition des six premières Symphonies londoniennes (n° 93-98), parmi lesquelles la Symphonie «La Surprise» n° 94.
1792Sinfonia concertante pour violon, violoncelle, hautbois, basson et orchestre en Si bémol majeur.
1794–95Second séjour à Londres. 6 Symphonies londoniennes n° 99-104, n° 104 avec un premier mouvement monothématique, Symphonie n° 100 («La militaire») intégrant de la musique de janissaires; rondo de sonate comme nouvelle forme de mouvement final, p. ex. n° 102.
1794Début du règne de Nicolas II qui commande chaque année une messe pour la fête de la princesse. Six grandes messes voient le jour: «Heiligmesse» (M. à saint Bernard) en Si bémol majeur et «Paukenmesse» (M. au roulement de timbales) en Ut majeur (1796), «Nelsonmesse» en Ré mineur / Ré majeur (1798), «Theresienmesse» en Si bémol majeur (1799), «Schöpfungsmesse» (M. de la Création) en Si bémol majeur (1801), «Harmoniemesse» en Si bémol majeur (1802).
1796Version vocale de la composition tout d’abord instrumentale des «Sept paroles du Christ sur la croix», Concerto pour trompette en Mi bémol majeur.
1797Hymne impérial «Gott erhalte Franz den Kaiser» et Quatuor de l’Empereur en Ut majeur op. 76/3.
1798Création de l’oratorio «La Création».
1801Création de l’oratorio «Les Saisons».
1809Meurt le 31 mai à Vienne.

© 2003, 2010 Philipp Reclam jun. GmbH & Co. KG, Stuttgart

About the Authors

poursuivre...

Armin Raab (Introduction)

Dr. Armin Raab, born on 24.5.1956 in Förtschendorf, studied musicology, theatre studies and modern German literature in Erlangen and was awarded his doctorate in 1988 with a thesis on “Funktionen des Unisono, dargestellt an den Streichquartetten und Messen von Joseph Haydn”.

From 1992 to 1997 he was a research associate at the Beethoven-Archiv in Bonn. In July 1997 he moved to the Joseph Haydn-Institut in Cologne. He was director of research from 1999 until April 2022 and thus the Editorial Head of the Haydn Complete Edition (of which 41 volumes have appeared since he has been Head) and editor of the Haydn Studies. He is co-editor of the Haydn-Lexikon (Laaber 2010). Armin Raab has edited three volumes in the new Beethoven Complete Edition and “The Seasons” (also as a Henle study edition) and the Organ Concertos in the Haydn Complete Edition. As part of the Haydn Studies he has also published three volumes of the Haydn bibliography (amongst other things).

Das mehrfarbige Faksimile ist von hervorragender Qualität und eine kleine bibliophile Kostbarkeit.

Toccata, 2010

Henle stelt ons daarmee in staat het muzikaal drama van dit specifieke moment ook optisch mee te beleven en Haydns ervaren, kalme handschrift van de eerste zes pagina’s te vergelijken met het rusteloos gedreven handschrift in de toegevoegde coda …

Pianowereld, 2009

Die Einleitung von Armin Raab, dem wissenschaftlichen Leiter des Joeseph Haydn-Insituts in Köln, bringt die nötigen Zusatzinformationen in unprätentiöser Form, und die grafische Qualität der Wiedergabe der Handschrift lässt keine Wünsche offen - insgesamt also eine sehr gelungene Edition und ein schönes Beispiel dafür, dass es spannender ist, einen Einblick in einen vielleicht wirklich nicht ganz zu Ende geführten Kompositionsprozesses zu erhalten, als vor der allzu glatten Fassade eines angeblichen "Urtextes" zu stehen.

Schweizer Musik Zeitung, 2009

recommandations

autogenerated_cross_selling

Autres éditions de ce titre